Compagnie MéMé BaNjO

présentation

« Il y a une plante comme l'épine, elle pousse au fond des eaux, son épine blessera tes mains, comme la rose, si tes mains l'arrachent tu trouveras la vie éternelle. »
Outa-Napishtim à Gilgamesh

presse

Un soir ou un autre

Un soir ou un autre

Concordan(s)e 2011, des espèces d'odyssées
Les rencontres de Concordan(s)e s'aventurent en plein inattendu, l'approche croisée des danseurs et écrivains accouche de résultats surprenants, des ajustements secoués, vers de drôles de mutations. Dans l'air planent des hésitations. Une bête rode sur le plateau: un danseur à fourrure, la présence est intrigante, mais pas plus inquiétante qu'un gros toutou. Un écrivain se tait à la platine, n'écrit pas non plus, d'abord prostré sous sa table. Mais suit un traité de domestication, le récit de la sélection méthodique des renards par Dimitri Beliaevf, en Sibérie. L'homme regarde vers les étoiles, l'écrivain est à sa table mais son double à poils agit en contrepoint. La bête prend le contrôle et secoue les luminaires, tandis qu'on évoque Gilgamesh et la sonde voyager. Entre deux anecdotes évolutives passe le souvenir de P.K. Dick, de l'Odyssée de l'Espace. Mystérieuses destinations. Où en sommes nous, à quel âge? Dans une étreinte serrée l'homme et la bête se confondent.
C'était une création de Lionel Hoche et Emmanuel Rabu , au Colombier de Bagnolet, dans le cadre de concordan(s)e

Mercredi, 27 avril 2011 - Guy Degeorges

extraits/photos

distribution

Conception et interpétation: Lionel Hoche et Emmanuel Rabu
Scénographie et chorégraphie: Lionel Hoche
Texte: Emmanuel Rabu

Facebook Youtube