overview

Captivated by Stravinsky's masterpiece in which he adds military marches, tango, waltz and ragtime to his erudite "artillery", I was inspired to create a timeless and spirited tale.
Music, theatre and dance join together in a parallel reality, an existential commotion recreating the soldier's astounding journey.
A narrator, two dancers and a circus performer occupy a stage criss-crossed by dizzying video landscapes, building a poetic universe that I intend to be both fantastical and hypnotic.
Each character has their own choreographic identity, a corporeal nature that outlines and defines them, within a humanity that is both touching and intriguing.
The devil's body language is somewhat jazzy whilst the princess' other-worldliness is revealed through the circus techniques of aerial silks and contortionism.
The actors portray their characters using their bodies and voices, sharing with the narrator the text of Ramuz's booklet.
A fluctuating synergy of the bodies' relationship to the text must be found.




LIONEL HOCHE



Musique, théâtre et danse s'allient pour convoquer une réalité parallèle, un chahut existentiel propre à restituer l'étonnant parcours du soldat.



Un récitant, deux danseurs et une circassienne, habitent un dispositif scénographique traversé de paysages vidéo vertigineux, construisant un univers poétique que je souhaite à la fois fantastique et hypnotique.



Chaque personnage possède sa propre identité chorégraphique, une corporéité qui le dessine et le définit, dans une humanité à la fois touchante et intrigante.



Le diable joue d'une gestuelle aux teintes jazzy, et la princesse dévoile son étrangeté en mobilisant les techniques circassiennes du tissu aérien et du contorsionnisme.



Les interprètes élaborent leurs personnages dans le corps comme dans la voix, puisqu'ils partagent avec le récitant le texte du livret de Ramuz.



Une complémentarité fluctuante des corps dans leur rapport au texte à inventer.

LIONEL HOCHE

press

BALLROOM

BALL ROOM - Mars 2019 - L'Histoire du soldat - Vu au théâtre de Vanves

Certaines histoires traversent le temps, le relais étant fait par plusieurs artistes, qui la reprennent, la remettent, la réinventent. Le ballet classique en est plein, le contemporain se créé lui aussi ses mythologies. L'histoire du soldat pourrait en être : le conte moral composé par Stravinsky sur un texte de Ramuz en 1917 a déjà été chorégraphié par Diaghiliev, Robbins, Guizerix, Gallota...

Lionel Hoche qui ne cesse d'appliquer l'exigence des grands ballets qu'il fréquenta à ses chemins de traverse chorégraphiques, livre sa version pop up : les décors vidéos (signés Simon Frézel) se dessinent autour des quatre personnages, chacun faits d'une voix, d'une gestuelle, d'une posture, d'un clown - puisqu'ils touchent tous à la dérision de leur condition, qu'ils soient le soldat (Vincent Delétang, tout en lignes, comme un pantin malmené), le diable (Emilio Urbina, aussi bondissant que perfide), la princesse (Anne-Claire Gonnard, mystérieuse créature suspendue, au geste rond) ou le récitant (Hoche himself, dans l'éclat joyeux d'un monsieur loyal de la télé).

L'Histoire est celle de l'appétit frustré : la nouveauté, le pouvoir, la richesse, l'amour, le succès, le soldat les désire, presque malgré lui, et le diable lui donne bien du fil à retordre. Les plus jeunes sont conquis par les trouvailles d'Hoche : l'objet manipulé, le décor vidéo, les codes couleurs, la pantomime ; les plus grands s'y retrouvent. La pièce tient en haleine, émerveille, surprend.

La pièce centenaire peut peiner à convaincre face aux narrations traditionnelles, et aux contes qui finissent bien : elle témoigne au contraire de l'ouverture nécessaire des propos, qui combat avec finesse le discours du bonheur à tout pris, menant à la déprime, au profit du goût pour l'aventure, ses grandes joies et ses grands malheurs. Hoche lui apporte ses belles qualités de faiseur, le résultat est à ne pas manquer.

Charles A. Catherine

extracts/photos/downloads

cast

 

choreography, scenography & costums LIONEL HOCHE



music IGOR STRAVINSKY book CHARLES-FERDINAND RAMUZ
narrator LIONEL HOCHE
the soldier VINCENT DELETANG
the devil EMILIO URBINA
the princess ANNE-CLAIRE GONNARD

video SIMON FREZEL
video management AUGUSTE DIAZ
light & tecnical management NICOLAS PROSPER
music ORCHESTRE-ATELIER OSTINATO
conductor OLIVIER DESJOURS

violin GABRIELE SLIZYTE
bass ALICE BARBIER
trombone YVAN FERRE
bassoon VALENTIN NEUMANN
clarinet HELENE RICHARD
trumpet ANTOINE LORY
percussion QUENTIN BROYART



Production: Compagnie MéMé BaNjO



Avec le soutien de la Région Ile-de-France, de la Direction régionale des affaires culturelles d'Ile-de-France Ministère de la Culture et de la Communication, du Département de Seine-Saint-Denis, de la Ville de Villetaneuse, de la Spedidam et de l'Adami



Avec le soutien, pour leur accueil en résidence, du Centre des Arts, scène conventionnée à Enghien-les-Bains (95), de la Maison du Peuple à Pierrefitte-sur-Seine (93), de la Briqueterie - CDCN du Val de Marne (94), du Théâtre Brétigny scène conventionnée (91), de la Compagnie ACTA dans le cadre du dispositif Lieu de Fabrique à Villiers-le-Bel (95) et du Théâtre de Vanves, scène conventionnée (92).